Togo: Le Projet de Développement Rural de la Plaine de Djagblé (PDRD), un exemple de développement durable

 

Selon la cellule de communication du ministère en charge de l’agriculture au Togo, le Gouvernement, de concert avec ces partenaires, tente de relancer durablement le secteur agricole en général et celui de la production vivrière en particulier, dans sa stratégie de lutte contre la pauvreté.

La plaine de Djagblé, située sur la rive gauche du fleuve Zio et couvrant 9 villages (Djagblé, Lébé, Akakopé, Kétapui, Nyamadzi, Ameliki, Abolavé , Adidomé, Gbamakopé et Hlankopé) avec une population de 17 000 habitants, est marécageuse par endroit, inondée pendant la saison des pluies par des bras morts du fleuve Zio, exploitée en saison sèche pour le maraîchage après le retrait des eaux est donc retenue pour être aménagée.

Cette plaine est à cheval sur les préfectures du Zio et du Golfe à environ 13 kilomètres au Nord-Est de la ville de Lomé et s’étend sur des centaines de km2. Elle est exploitée par plusieurs maraîchers constitués essentiellement de femmes et de jeunes issus des milieux riverains de la zone.

Les agriculteurs de la zone, pratiquent essentiellement les cultures maraîchères liées à des variétés locales de légumes.
La proximité de la capitale, grand centre de consommation des produits maraîchers, constitue un atout majeur pour l’écoulement des productions de cette plaine. Par ailleurs, cette plaine est traversée par une route bitumée reliant Lomé à Vogan, ce qui règle en partie le problème d’enclavement de la zone, nous apprend la même cellule de communication.

Le PDRD lancé le 13 Février 2015 a 7 composantes. Il est cofinancé par la BADEA (45%), la BID (45%) et l’État Togolais (10%) pour un montant global de 9 600 000 000 de FCFA.
Objectif, améliorer les conditions de vie et les revenus des populations rurales de la zone de Diagblé, périphérique à la ville de Lomé (près de 13 km). Cet objectif se situe dans le cadre des orientations de l’Etat togolais visant le développement et la diversification des cultures vivrières en mettant un accent particulier sur la culture du riz pour en limiter les importations et ainsi faire une économie des devises.

Le projet doit permettre le développement d’une culture capable de satisfaire le marché national en substitution d’importation (économie de devise) et d’éviter dans une zone proche d’un grand centre urbain, une diminution de la production agricole vivrière.
Spécifiquement, il s’agira de :Assurer la maîtrise de l’eau par l’aménagement d’infrastructures hydrauliques et d’un périmètre irrigué de 340 ha ainsi que ses ouvrages connexes, Désenclaver la zone du projet , Améliorer et promouvoir la culture du riz et des cultures maraichères, Promouvoir la pisciculture et l’élevage, Construire les infrastructures scolaires et de santé, Favoriser l’accès des populations à l’eau potable pour les 8 villages de la zone du projet par la mise en place d’infrastructures d’AEP, Construire des abreuvoirs pour le cheptel, Assurer la mise à disposition d’équipements pour permettre d’intensifier la production agricole, Mettre à disposition des agriculteurs de l’eau d’irrigation, des intrants et équipements agricoles, Elever les niveaux technique et financier des groupes cibles par les actions de formation, de vulgarisation et d’accès au crédit en privilégiant les femmes et les jeunes agriculteurs du projet et Lutter contre l’insalubrité.

<<A ce jour, les activités du projet se sont poursuivies et sont résumées comme suit :
–  Les travaux d’aménagement hydro agricole du périmètre, démarré effectivement en février 2018, ont atteint un taux d’avancement physique de 80,5 % après consommation de dix (10) mois hors saison de pluies ;
– Les travaux de construction de six (06) magasins avec aires de séchage à un taux d’exécution physique de 43%

– Pour l’acquisition des matériels agricoles, le projet de dossier d’appel d’offres (DAO) soumis à la DNCMP et à la BADEA pour avis ;
–  Les travaux de construction de mini Adduction d’Eau Potable (AEP), démarrés en 2017, ont fait l’objet de réception provisoire et les ouvrages y relatifs ont été rétrocédés au Ministère en charge de l’eau et remis officiellement aux populations bénéficiaires ;
–  Les travaux de réhabilitation de l’Unité de Soins Périphériques (USP) de Lébé démarré en novembre 2017 et ceux du Centre Médico-Social (CMS) de Djagblé Centre ont été achevés et ont fait objet de réception provisoire ;
–  Les travaux de construction des infrastructures scolaires, également démarrés en novembre 2017, sont achevés et ont fait l’objet de réception provisoire pour un total de sept (07) bâtiments scolaires et quatorze (14) salles de classes et deux (02) bâtiments scolaires ont été définitivement réceptionnés ;
– Les travaux de réalisation de six (06) latrines ECOSAN ont été totalement réalisés et définitivement réceptionnés ;
–  Les travaux de construction des pistes de désenclavement ont démarré effectivement en février 2018 et ont été réalisés à 100% et réceptionnés provisoirement ;
–  Les activités de sensibilisation vulgarisation ont démarré par des tournées de prise de contact dans les localités, l’organisation de la réunion d’éveil, la participation aux séances de sensibilisation des producteurs et aux opérations foraines d’identification des producteurs concernés et poursuivent. Le taux d’exécution physique est estimé à 47%.
–  Les travaux de construction du siège ont été complètement réalisés et fait objet de réception définitive>> nous apprend la même source.

Le suivi-contrôle des travaux s’est poursuivi par l’Ingénieur Conseil et le taux d’exécution physique est de 92%.

Les activités en cours du PDRD seront complétées par celles-ci qui se résument comme suit :
La réalisation d’un ouvrage de traversée du Zio au niveau de Gbama-Kopé, d’un ouvrage de décharge, de la protection du fossé de garde et de la sécurisation du canal primaire, La réalisation des travaux additionnels d’amélioration pour l’exploitation du Centre Médico-Social (CMS) de Djagblé, Les travaux de réalisation d’un système d’alimentation en eau potable de l’USP de Lébé, La réalisation des travaux d’aménagement de la piste Abolavé – Amiliki pour désenclaver le village d’Amiliki, de la piste d’accès au CEG de Gbamakopé (piste Houndro) et imprégnation de la piste Djagblé Centre- Siège du projet, La réalisation des travaux de construction de deux (02) bâtiments scolaires à trois (03) salles de classe d’écoles primaires avec bureau et magasin et équipement des salles de classe en tables bancs et mobiliers de bureaux à Adidomé , L’appui aux coopératives de producteurs en intrants agricoles (semences améliorées, engrais, insecticides) et en petits équipements de transformation agricole (moulins, etc.), La poursuite des prestations de Suivi-contrôle des travaux confortatifs ;
Et enfin, les prestations d’audit des comptes du projet au titre des exercices 2019 et 2020.

Jean-Marie GONCALVES

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Remplissez le formulaire et soumettez-nous pour vous inscrire à notre newsletter mensuelle

%d blogueurs aiment cette page :