Opportunités du secteur agricole, exportations, investissements, le ministre Bataka, au boulot

Une conférence a eu lieu le 12 juin dernier en marge de la première édition du Forum économique Togo-Union européenne.  Ce dernier s’est déroulé les 13 et 14 juin dernier à Lomé. A la veille de cet événement, le ministère de l’agriculture avait déjà organisé dans un hôtel de la place, une conférence pour insister sur les démarches à suivre pour exporter des produits agricoles vers l’Europe et exposer les opportunités du monde agricole togolais.

Le Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique (MAPAH) a organisé cet atelier en collaboration avec la Délégation de l’Union européenne. Les agriculteurs, producteurs et exportateurs ont pu s’informer sur les normes d’exportation des produits agricoles vers les pays de l’Union européenne.

Cet atelier s’inscrit dans le contexte global de la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) et dans la dynamique de transformation structurelle de l’économie togolaise en général et de l’économie agricole en particulier. Il a permis de présenter les exigences en termes de normes sanitaires pour l’exportation des produits agricoles et agroalimentaires vers le marché de l’Union européenne;  présenter les opportunités de financement des chaînes de valeur agricoles et agroalimentaires dans le cadre de l’alliance Afrique Europe pour des investissements et des emplois durables, entre autres.

Le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique Koutéra K.BATAKA a  souligné l’excellente opportunité que représente une telle conférence pour les acteurs du secteur agricole, conscients non seulement de l’énorme potentiel du marché européen pour les produits agricoles mais aussi  des exigences liées à l’accessibilité de ce marché.

Le gouvernement est convaincu que le développement de l’agriculture doit être orienté vers l’agrobusiness pour « attirer les investissements privés », « professionnaliser les acteurs » et « créer des milliers d’emplois dans le secteur à travers les services connexes ».

Pour sa part, Vincent VIRE, 1er Conseiller, chef de la coopération UE a mis l’accent sur l’importance de se conformer aux règles pour exporter facilement vers les pays de l’Union européenne. « Aujourd’hui, avec le premier Forum Economique Togo-Union Européenne, et ce pré-événement, nous avons les opportunités d’échanger ensemble, ici à Lomé, avec des spécialistes venus d’Europe, afin de mieux comprendre les exigences d’hygiène et de normes SPS qui s’appliquent aux produits agricoles et agro-alimentaires », a-t-il expliqué.

Les agropoles, l’une des curiosités du Forum Togo-UE

Le ministre a mis en exergue lors du forum Togo-UE les différentes opportunités du secteur agricole en l’occurrence les agropoles. Celui de Kara est à une étape assez avancée. Cet agropole en cours de mise en place au nord du pays recèle d’un nombre incalculable d’opportunités. Il permettra notamment de faire des cultures à l’échelle industrielle sur de vastes domaines agricoles et dans le même temps de transformer les produits sur place.

« Ces productions seront drainées vers un lieu où seront installées des usines pour la transformation et où il y aura une mutualisation des infrastructures et des services pour les mettre sur le marché », détaille le ministre.

Il faut dire que pour l’heure les premiers financements proviennent de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Fondation sud-coréenne Saemaul. Ils sont estimés à 38 milliards de F CFA.

L’agropole de Kara s’étend actuellement sur une superficie de 130 000 hectares dont 30 000 sont en train d’être sécurisés d’après les explications du ministre de l’agriculture. Deux barrages sont annoncés dans la foulée ainsi que des usines de transformation de sésame, riz, poulets, anacardes, poulets, poissons et provenderie.

La structuration des chaînes de valeur et des organisations de producteurs et la mise en place des blocs de production en condition pluviale prendront fin cette année. 2020 sera marqué par le démarrage de la construction de l’agroparc, des barrages, des périmètres irrigués et autres infrastructures de production. L’année 2022 sera la phase de croisière de l’agropole.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − sept =

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Remplissez le formulaire et soumettez-nous pour vous inscrire à notre newsletter mensuelle

%d blogueurs aiment cette page :