L’HYDROPONIE OU LA CULTURE HORS SOL : UNE OPPORTUNITE SOUS-EXPLOITEE AU TOGO

La culture hors sol est celle réalisée dans un milieu racinaire et isolé du sol qui n’est pas le sol naturel, la terre habituellement, mais qui peut se faire dans les pots dans des sachets sur des terres cuite. Lorsque le sol est remplacé par l’eau on parle de l’hydroponie. Mais lorsque le sol est remplacé par autre chose que l’eau on parle de culture sur substrat neutre ou inerte. Les plantes poussent dans des supports ou des substrats inertes, tels les cailloux, les billes d’argile… ce système qui n’est pas assez répandu au Togo ; or son importance avec les revenus très énormes sont non négligeables. Une raison pour laquelle une formation a été organisée autour de la culture pour sa mise en place en bonne et due forme afin que chaque acteur agricole puisse en bénéficier de ses avantages.

Dans  certains pays de la sous région ouest-africaine plus précisément en cote d’ivoire la culture hors sol ou l’hydroponie est bien connu et puis pratiqué par presque tous les villageois et tous ceux qui se donnent à l’agriculture le font. C’est une agriculture très rentable qui n’est regrettable. Elle apporte des solutions à la mal nutrition, à la sous production et offre un outil indispensable pour l’agriculture urbaine, une alternative aux problèmes de pollution, de pénurie d’eau et de dégradation des sols cultivables. Les principes fondamentaux de la culture hydroponique sont simples : la solution nutritive doit être maintenue à la bonne température, oxygénée et les plantes doivent recevoir des nutriments dont elles ont besoin. L’oxygénation est l’élément clé, un facteur important. Pour réaliser une bonne culture hydroponique, l’eau doit être en permanence saturée en oxygène.

Les avantages des cultures hydroponiques par rapport à un système de production classique de pleine terre sont nombreux :

-elle permet de s’affranchir des contraintes chimiques, physiques ou biologiques du sol (une surface imperméabilisée, des terrains caillouteux non mécanisable, ou ceux infestés par de ravageurs (nématodes) deviennent productifs).

-la culture hydroponique est synonyme de propreté et de facilité pour démarrer une culture pour un jardinier amateur par exemple.

-Les substrats utilisés dans les systèmes hydroponiques sont réutilisables après désinfection.

-ces cultures sont économes en eau, la solution nutritive précisément dosée en sels minéraux est apporté directement au système racinaire réduisant ainsi les pertes en évaporation : On  considère que les systèmes hydroponiques permettent de réaliser 75% à 90 % d’économie en eau par rapport à un arrosage traditionnel par aspersion. C’est-à-dire qu’ils ne demandent que 90% d’eau en moins qu’une culture de champ plein ; l’économie en engrais dépend du système utilisé : des solutions nutritives qui ont alimenté les cultures sont de plus en plus recyclés, ils subissent des traitements (stérilisation physiques chimiques et réfections en engrais ; avant d’être réintroduit dans des réservoirs. Ce recyclage permet de limiter les transferts de polluants vers les milieux naturels.

Il faut aussi faire une distinction entre le système hydroponique ouvert et celui fermé qui est plus avantagé que le premier car les nutritives apportées à la plantes circule du réservoir à la plante avant de revenir au réservoir ; dans ce cas l’eau utilisé est absorbé par la plante et ce qui permet une bonne gestion de l’eau. La solution nutritive n’entre pas en contact avec le sol ; conséquence elle exclut tout risque de pollution des sols. Or dans le système ouvert, 25 à 30% de la solution nutritive se déversent dans le sol à chaque arrosage pour en fait éviter le dépôt de sel dans le substrat. C’est cette technique qui est  préjudiciable à l’environnement si elle n’est pas récupérée et traité pour être réutilisé (on retrouve ces systèmes dans les pays où la culture hors sol est développé).

-Un des avantages lié à cette technique culturale est la facilité de déplacement de la culture aussi la simplification des techniques culturales et le faible coût.

-Les produits issus sont de qualité : Certaines des expériences ont montrés une augmentation de la teneur en principe actif chez les plants médicinales et en protéines chez les légumes en hydroponies. Les plantes poussé généralement sont saines, vigoureux et sont donc souvent moins traités. Conséquence il y’a moins de résidus de pesticides et l’utilisation des herbicides est inutile car les plantes ne sont pas encore en concurrence avec les plantes adventices.

-Les rendements sont généralement supérieurs aux cultures en terre et la pénibilité  du travail. Cela grâce à la gestion de l’éclairement de la température, de la fertilisation à la diminution du stress hydrique et une meilleure utilisation de l’espace disponible.

-Les techniques de culture hors sol trouvent leurs fondements dans le fait que la plante ne tire que 10% de sa nourriture du sol (nourriture minérale) et 90% proviennent de l’atmosphère à travers les échanges gazeux. Dans le cas de la tomate par exemple le rendement en plein champ peut être 30 tonnes / ha ; par contre en culture hors sol, on réalise 90 à 120tonnes/ha pour un cycle de 3 mois selon les essais réalisés par le centre national des recherches agronomiques de la côte d’ivoire.

Au Togo cette forme de culture demeure toujours une étape embryonnaire et n’est pas encore connu du grand public. C’est dans ce cadre qu’une formation a été lancée pour un renforcement de capacité et une meilleure communication autour de la culture.

Mais cette culture connait des limites dans des pays développés où le système est très évolué. Le malheur de l’hydroponie est de rassembler sous un même terme des technique économes en eau qui donnent des produits savoureux à haute valeur nutritive, et des pratiques tout a fait désastreuses pour l’environnement nécessite beaucoup et trop d’eau pour obtenir des produits dépourvus de d’intérêt tant sur le plan nutritionnel que de celui de la saveur . L’hydroponie est un procédé artificiel qui pollue non seulement l’environnement mais aussi le paysage avec ses interminables étendu de plastique, pour ne donner que des produits moins intéressants (système ouvert de l’hydroponie).

-les filières de traitements de certains substrats sont encore peu développées dans certains pays.

-les solutions nutritives sont recyclées, le risque de propagation des agents pathogènes d’une plante à l’ensemble de la culture est grand.

Aussi dans ce système un lot de plants bénéficie des mêmes facteurs environnementaux  et d’une fertilisation identique ; rien de comparable à la culture en pleine terre dont les conditions climatiques, la nature du sol va varier les qualités organoleptiques de la récolte.

L’hydroponie demande de l’énergie pour fonctionner. Une panne de la pompe ou des coupures de courants prolongés peut faire ruiner la récolte.

Malgré ces limites, la culture hors sol ou l’hydroponie reste une grande opportunité qui jusqu’ici reste sous-exploité au Togo. Pour ainsi accroître la production en développant une culture contre saison et en dégager des excédants, les acteurs se sont engagés pour cette cause. C’est ce qui justifie la tenue d’une formation en octobre dernier sur la culture hors ou l’hydroponie. Une formation au cours de laquelle M. Robert KOMBEY, formateur a durant ces deux jours échangés et outillés les participants sur les techniques de base, les coûts de démarrage, des comportements à adopter pour profiter pleinement de cette culture. Pour lui « le choix du terrain, la réalisation du pépinière et le repiquage des plantules sont des éléments non négligeables, avant l’ultime étape qui est la récolte. Elle dure de 6 à 8 selon les cultures ».

Tous jeunes porteurs de projet qui souhaiterait se lancer dans la culture hors sol se verront accompagné, il suffit simplement d’approcher les services compétents.

Soloum DAWI | TOGO

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

11 + 5 =

Traduire »
%d bloggers like this: