LE TOGO S’APPROPRIE LA TECHNOLOGIE DE CULTURE DE RIZ HYBRIDE

Le riz est l’une des principales cultures vivrières au Togo. 2ème rang mondial après le blé parmi les céréales, il occupe une place importante dans l’alimentation de la population togolaise et fait partie intégrante du système de production agricole en Afrique, où il est cultivé depuis plus de trois milles ans et est devenu aujourd’hui la source de nourriture qui croit rapidement. En effet la demande annuelle du riz en Afriquesubsaharienne et particulièrement au Togoaugmenteà un rythme sans précédent, cadence causée en grande partie par une démographie galopante, une urbanisation rapide et les modifications dans le régime alimentaire. Pour parvenir à une autosuffisance alimentaire en matière de riz, le Togo, au-delà des efforts qui sont déjà menés sur le terrain, par les autorités compétentes, vient de s’approprier la technologiede la culture du riz hybride, ses techniques de production afin de développer la culture de cette céréale.

De l’importance socio-économique du riz

Le riz constitue, pour plus d’un milliard de personne un produit alimentaire essentiel de base notamment en Afrique, en Asie et en Amérique du sud. Avec une production mondiale avoisinant 600 millions de tonnes, la culture du riz est la plus répandue au monde et occupe la  secondeplace après le maïs et devant le blé. Malheureusement,seulement  6 à 10% sont mis le marché international, ce qui montre que la grande partie de la production est auto consommée. Leriz est si important que les nations unis ont proclamé l’année 2004, année internationale du riz(International Year of Rice –IYR). L’objectif a été de promouvoir le développement durable de la culture du riz, un développement pour satisfaire la croissante demande de nourriture et garantir la possibilité à des générations futures, de faire face aux besoins alimentaires. Une belle idée pour permettre au monde de connaitre la valeur et l’importance de cettecéréale, surtout dans les pays en voie de développement, c’est le meilleur allié pour lutter contre la famine.

Sur le plan économique le riz constitue une grande source de devise pour les pays exportateurs et une perte pour ceux qui l’importent. Sa commercialisation permet aux pays de gagner des marchés et de se faire connaître sur le plan international. Dans les industries, le riz est utilisé dans la fabrication d’huile, d’aliments diététiques, d’alcool, des produits pharmaceutiques, dans l’alimentation animale…

Les difficultés dans la culture du riz

Les difficultés liées à la culture du riz font qu’il est cultivé dans très peu de pays. Au Togo les terres agricoles arables s’étendent sur environ 3,6 millions d’hectares soit 60% de la superficie totale du pays. Mais le paysage agricole est composé d’ex ploitations morcelées. La superficiecultivée est évaluée à 1,4 millions d’hectares, représentant 41% de la superficie cultivable et 25% de la superficie totale du pays. Le problème de la disponibilité en terre ne se pose pas à l’échelle nationale, mais surtout en termes d’accessibilité. Les potentialités en terre ayant des aptitudes à l’irrigation sont estimées à 86 millions d’hectares. Et depuis unedizaine d’années des projets de développement  sont mis en œuvre, afin de réhabilité et/ou aménager ces zones irrigables. LeTogopossède tous les atouts pour devenir un grand producteur de riz.Mais la production locale ne couvre pas les besoins du pays, et ce déficit est toujours compensé par les importations.

Certains facteurs sont déterminants dans la culture du riz. En effet les conditions agroclimatiques et météorologiques jouent un rôle très important dans la production agricole, dans la mesure où la croissance, le développementdes culturessont tributaires. L’undes facteurs agroclimatiques et météorologiques de la production du riz est le niveau de la pluviométrie avant ou pendant le semis et ou pendant la récolte, puisque la pluie joue généralement un rôledans la production du riz. Ces facteurs conditionnent l’existence de différents zone de production au Togo, ainsi trois types de riziculture sont pratiqués : la riziculture pluviale elle représente environ 10% de la production nationale et est pratiquée sur les terres exondées dans la région des plateaux ;la riziculture irriguée : elle représente plus de 25% et celle des bas-fonds qui…

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLES DANS LE MAGAZINE⇒

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

twenty − 6 =

Traduire »
%d bloggers like this: