LA CULTURE D’ANANAS AU TOGO

Le Togo est un pays agricole où l’on cultive presque toutes les denrées du quotidien à une échelle familiale. On y cultive le café, le cacao, le coton, aussi de l’ananas. La partie montagneuse du pays, une région constituée de plateaux, très favorable à la culture d’ananas, à une altitude moyenne de 1 000 mètres.  

 

L’ananas est cultivé spécialement dans les plateaux de Danyi, zolo et blifou situés dans la région des plateaux. Mais cette culture rencontre quelques difficultés.

Les contraintes de la culture de l’ananas ?
« La terre togolaise  est très adaptée à ce fruit. Le problème majeur que nous rencontrons, c’est le début de la culture. Il faut pour cela disposer de pousses d’ananas, que nous appelons des  rejetons. Un plant d’ananas en présente parfois plusieurs, parfois pas du tout. Ceux qui en possèdent les vendent chers. Et si on veut cultiver un demi-hectare, il en faut un bon nombre » a précisé AHOUN Komlan boussomékpo producteur d’ananas dans la préfecture de l’AVE.

Pourquoi ne se multiplient-ils pas facilement? C’est une question de chaleur, de terre. A une température élevée, l’ananas ne se multiplie pas. Mais avec une chaleur convenable et de l’humidité, comme sur nos plateaux, on peut avoir jusqu’à cinq rejetons sur un plant d’ananas. En réalité, « Toutes les saisons sont bonnes pour la culture de l’ananas, même la plus sèche, Mais cela prend du temps. Quand on le met en terre, il faut 13 mois avant qu’un rejeton donne une fleur, qui donnera a son tour un fruit 5 mois plus tard » a déclaré Faustin 47 ans cultivateur d’ananas.

La floraison aussi pose problème dans cette culture.
En effet dans un champ, tous les plants ne fleurissent pas au même moment. Conséquence, les ananas ne sont pas mûrs à la même période, ce qui rend difficile l’organisation du travail des producteurs

Les variétés de l’ananas
L’ananas de variété « Cayenne lisse » était le plus répandu au Togo. Il pousse naturellement et seul. « Je le connais depuis mon enfance, je le dégustais dans les champs. C’est la variété que l’on trouvait partout en Afrique, mais elle est aujourd’hui détrônée par une autre, crée pour la culture industrielle » assure Faustin. Un ananas plutôt insipide certains s’en rendent compte et veulent revenir à une bonne variété, mais ne disposent plus de suffisamment de plants de « Cayenne lisse » pour avancer. Du coup, ce « Cayenne lisse » est devenu une spécificité du bio.

L’ananas le plus long est la variété « pain de sucre ». Moins cultivé a cause de sa forme plus longue ne favorise pas la vente. Mais il est encore meilleur que le Cayenne lisse, ses arômes étant souvent plus prononcés. « Nous commençons à le cultiver et à l’exporter, et les consommateurs l’apprécient vraiment ». a déclaré AHOUN Komlan.

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLES DANS LE MAGAZINE⇒

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

eight + three =

Traduire »
%d bloggers like this: