Zoom sur l’agriculture togolaise

L’économie togolaise repose essentiellement sur son agriculture qui fait vivre environ la population. L’agriculture participe à 38 % à la formation du PIB et plus de 15 % des recettes d’exportation. Dans la croissance économique du Togo, l’agriculture a une part de 70 %. Elle occupe plus de 65 % de la population active. Les cultures vivrières comme le mil, sorgho, maïs, manioc, ignames, cacao, café, karité dominent cette agriculture. Le coton est et reste la principale culture industrielle et le premier produit d’exportation agricole.

Depuis 2006, le gouvernement togolais a entamé un processus de mécanisation de l’agriculture jusque-là traditionnelle avec des outils archaïques. Dans la foulée, agricultures, cultivateurs et autres parties prenantes de commun accord avec les partenaires techniques et financiers du pays ont commencé par se placer dans cette nouvelle vision qui se résume au mot : modernisation agricole. Sur le terrain, le constat est réel, l’agriculture est de plus en plus mécanisé et les cultivateurs tendent à abandonner les outils traditionnels comme la houe, l’arrosoir et se penchent plutôt vers les systèmes d’irrigation canalisés, les tracteurs et les engrais enrichis.

Forces de l’agriculture togolaise
Les forces de l’agriculture togolaise sont de divers ordres. Le climat est relativement clément et les précipitations ne manquent pas. Le pays est plus ou moins bien arrosé du nord au sud comme de l’est à l’ouest. Le climat du Togo est de type tropical ce qui fait que le sud connaît deux saisons humides par année, d’avril à juin puis de septembre à octobre. Au nord, on note une saison des pluies, de juin à septembre. Les précipitations moyennes vont jusqu’à 1 200 mm par année, généralement concentrées sur les quatre mois d’été. Les zones les plus arrosées sont la région des Plateaux, les régions Centrale et de la Kara qui enregistrent annuellement environ 1500 mm de pluie. Par contre, la savane septentrionale et la zone côtière connaissent entre 600 à 800 mm de pluie.

Le Togo dispose de sols ferrugineux tropicaux, les sols ferralitiques, les sols hydromorphes, les sols minéraux bruts, les sols peu évolués et les vertisols. Les sols ferrugineux à eux seuls, représentent plus de 50% des surfaces cultivables du pays. Les sols ferrugineux sont répandus sur le territoire, du nord au Sud, sauf dans la région Maritime où ils ne sont pas en nombre et sont favorables aux cultures vivrières et de rente, comme le coton. En fonction des différentes régions, les cultures de maïs, de sorgho, de mil, de niébé, d’arachide, de voandzou et parfois l’arboriculture fruitière peuvent se faire. Les sols ferralitiques sont propices à la culture du maïs, le niébé, le manioc, le palmier à huile et dans certaines zones, ils sont exploités au profit des cultures de rente comme le café, le cacao, le cola. Les sols hydromorphes par contre, sont plutôt bons pour la culture de riz.
L’agriculture togolaise bénéficie de deux grandes plaines (Oti, Mono), des savanes faciles à mettre en valeur. 60 % des sols sont cultivables dont 40 % peu fertiles et 20% fertiles.

La Main d’œuvre y est plutôt abondante bien que non-qualifiée. Le 4 ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH4) de 2010 montre que le Togo est composée de 6 .191.155 habitants dont la population active (15 – 64 ans) représente 54%.

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLES DANS LE MAGAZINE⇒

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

20 + 15 =

Traduire »
%d bloggers like this: