L’AGRICULTURE TOGOLAISE A L’ECOLE CHINOISE

« La chine en Afrique : quelle coopération agricole pour quelle sécurité alimentaire ? » c’est le thème du colloque international qui s’est tenu à L’université de lomé du 03-05 octobre, organisé par le Togo et la république populaire de chine. C’était en présence du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Octave Nicoué BROOHM, l’objectif est d’analyser les tenants et les aboutissants de la coopération sino-africaine dans le secteur agricole et sur la sécurité alimentaire.

Les relations entre la chine et le Togo remonte depuis les années 1972 par un premier accord cadre relatif au secteur agricole. De 1972 à 2012 plusieurs réalisations ont été faites ; la dernière en date est le centre pilote de l’agriculture à Zanguera. Selon Joseph TSIGBE président de l’organisation du colloque les trois jours d’échanges permettront de documenter le secteur agricole togolais et de redynamiser le domaine car ce secteur occupe plus de 70% de la population. « Le souci agricole ne doit plus être l’apanage des gouvernants mais aussi des universitaires qui doivent aussi pencher sur la question » a-t-il précisé.

Aujourd’hui la chine a fait d’énormes progrès dans l’agriculture. Selon l’ambassadeur chinois au Togo LIU Yuxi la chine est le premier pays producteur des douze principaux produits agricoles avec 7% de terre arable et a réussi à nourrir plus de 20% de la population mondiale.

Les relations sino-togolaises sont aux beaux fixes car la chine fait de grands efforts pour moderniser l’agriculture togolaise. En effet, sa science et sa technologie contribuent de façon significative à l’augmentation de la production agricole. « La coopération entre la chine et l’Afrique prend de nos jours une dimension particulière. Elle est entrée dans une phase stratégique inédite. Sans passé colonial sur le continent et après plusieurs décennies de lutte pour son autodétermination, la chine radicalement engagée dans une expérience historique singulière de développement économique, a marqué, de plus en plus sur tous les plans, sa présence sur notre continent. » a souligné Octave Nicoué BROOHM Ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les objectifs de ce colloque sont la mise à jour de l’évolution des formes et des moyens de la coopération entre la chine et l’Afrique dans les secteurs identifiés, explorer les pistes en vue de renforcer les liens de coopération gagnant-gagnant entre la chine et l’Afrique par une analyse multisectorielle des résultats recensés, produire de la connaissance scientifique sur la coopération sino-africaine en matière d’agriculture et de sécurité alimentaire.

Les acteurs se sont aussi planchés sur  les thématiques telles que « les acteurs et financement de la coopération agricole sino-africaine », «  la technologie chinoise au service au service de l’agriculture en Afrique », «  la chine et l’agro-business en Afrique : quels mécanismes pour l’import-export des produits agricoles chinois en Afrique et inversement? », «  la coopération sino-africaine dans le secteur-forêt », ainsi que les perspectives pour une coopération agricole sino-africaine gagnant-gagnant ».

Ce colloque a vu la participation d’autres pays d’Afrique notamment le Bénin, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la Côte d’ivoire, le Gabon, le Niger, le Tchad ; aussi la France et la Chine.

Folly KUEVIAKOE TOGO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

eight + twelve =

Traduire »
%d bloggers like this: