ANDRE BRAUD-MENSAH, A LA CONQUETE DE L’AFRIQUE AVEC IVORYBLUE.

Le déficit de la transformation de matières premières en produits finis a longtemps causé une conjoncture économique pour beaucoup de pays, ceux du continent africain notamment. Ils ont subi pendant longtemps les fluctuations des coûts mondiaux de certains produits cultivés sur leurs terres.

Aujourd’hui, cette anomalie est en train de se corriger. Des jeunes Africains entreprennent la manufacture des produits du terroir. C’est le cas de l’ivoirien Andre Braud-Mensah. Ivoryblue dont il est le promoteur, il s’est lancé dans la torréfaction du café. Pour se démarquer, il sélectionne une gamme de café premium, avec toute sa substance bio. Par conséquent, les planteurs et les plantations sont sélectionnés… Bref !

Nous avons rencontré, l’initiateur, dans ses salons de vente et de dégustation, sis au cœur du Plateau, le quartier des affaires d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Il n’y a pas mieux que lui pour nous parler d’Ivoryblue et de son expérience

Magazine Agri-culture : Bonjour, qui se cache derrière Ivoryblue ?

Je suis Andre Braud-Mensah, jeune ivoirien de 50 ans, initiateur de la marque Ivoryblue et fondateur de la société Ivoryblue, spécialisée dans la torréfaction, la transformation, et l’encapsulage du café. Je viens du monde des télécommunications donc c’est vraiment nouveau pour moi en termes professionnel. Il a fallu que je me fasse former, apprendre, et découvrir cet univers agricole car n’étant issu, ni du monde de la transformation d’agro business, ni des produits impliqués dans le café.

Ivory Blue est une société qui a été créée en Juin 2015. Nous avons commencé par le café, et en projet de transformer d’autres produits agricoles de Côte d’Ivoire, mais pour l’instant, l’activité tourne autour de la transformation du café

Magazine Agri-culture : Quelle est votre source de motivation ?

Un de mes grands-pères a été Président de la Caisse de Stabilisation de Côte d’Ivoire (CAISTAB), le nommé M. Marcel Lobhouet. Il a été un acteur important dans le domaine du café, du cacao, au temps de la grande CAISTAB. Vous vous souvenez du slogan ‘‘le bon café de Côte d’Ivoire’’, il en était à l’origine. Donc j’avais un lien affectif et familial avec le café.

Magazine Agri-culture : Pourquoi le café et quel type de café produisez-vous ?

La société Ivoryblue avait le choix entre le café, le cacao, l’anacarde et bien d’autres produits, mais nous avions commencé par le café parce que c’est le produit qu’on aime le plus et nous pensons qu’il y avait plus de choses à faire sur le café en termes de transformation. Sur le cacao par exemple il y a déjà des usines implantées en Côte d’Ivoire. Pour bien se positionner sur le marché de transformation du café, nous sommes venus avec un projet novateur à la transformation : l’encapsulage.

On travaille deux types de café. L’Arabusta et le Robusta.

En Côte d’Ivoire, il y a six origines d’indication géographique du café. Celui qu’on a sélectionné, vient de Man. Il s’agit du Robusta un café puissant et doux, qui une fois travaillé est de qualité gourmet. D’ailleurs ce café a été primé à l’AVPR (Association pour la Valorisation des Produits Agricoles) en 2016, comme un café gourmet.

On traite aussi un autre café, l’Arabusta, qui est produit dans la zone de Man. Ce sont ces deux types de café que nous traitons.

L’Arabusta étant plus savoureux, plus suave avec des propriétés organiques, plus doux que le Robusta qui lui, est un peu plus puissant. Mais, globalement c’est un café puissant et doux.

Magazine Agri-culture : Quel est le cheminement des produits Ivoryblue depuis les champs, jusqu’à la table du consommateur ?

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLES DANS LE MAGAZINE⇒

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

seventeen − 15 =

Traduire »
%d bloggers like this: